Sensibiliser les futurs architectes à la conception de l’habitat. Quels enjeux pédagogiques et sociétaux, méthodes, échanges disciplinaires?

par Gabriella TROTTA-BRAMBILLA

(articolo in italiano)

Ce texte reprend une communication élaborée pour les Journées d’étude « Jeunes Chercheur-e-s  » organisées à Toulouse (28 et 29 mai 2018) par le réseau REcherche HAbitat-Logement (REHAL) et l’UMR LISST. L’enjeu identifié au préalable, à savoir le fait que « la crise économique actuelle fait du droit pour chacun à disposer d’un logement décent une question majeure qui interroge tout autant la capacité des États et des collectivités à intervenir, que les modes
et modèles d’intervention de chacun des acteurs de la « chaîne » du logement » (REHAL, appel à communications), a constitué l’occasion pour contribuer à  la définition de l’objet d’étude pluridisciplinaire qui est l’habitat du point de vue spécifique du concepteur en tant qu’acteur du processus de production du logement.

Plus spécifiquement, on s’intéresse au point de vue du concepteur pris à l’instant-t de son apprentissage et, plus encore, aux enjeux liés à sa formation en tant que futur professionnel de la conception de l’habitat. Si cette dernière, comme le rappellent M. Eleb et Ph. Simon (2013), à partir du deuxième après-guerre, a principalement suivi les modes constructifs, les normes, les contraintes budgétaires, en prenant en compte seulement en moindre partie les modifications de la société, il semble aujourd’hui indispensable de former les futurs concepteurs (ici les étudiants d’architecture) en les encourageant à comprendre et interpréter les évolutions sociétales (besoins, désirs, représentations, etc.) que la conception du logement transcrit, ainsi que le rôle que l’habitat joue dans la planification d’une ville plus durable (cf. aussi billet « Appréhender les enjeux de la ville contemporaine par l’exercice du projet d’architecture »). À cela s’ajoute la dimension de l’étique professionnelle et de la responsabilité que le concepteur doit assumer face à la société concernant la qualité de sa production.

Dans les écoles d’architecture, cette sensibilisation passe, d’une part, par des cours magistraux (dispensés notamment dans le champ disciplinaire nommé « SHS pour l’architecture ») illustrant – éventuellement avec une perspective historique – les recherches récentes à cet égard (les modes d’habiter propres à différentes cultures, les trajectoires et les stratégies résidentielles contemporaines, les manières dont les habitants adaptent et s’approprient leur logement, etc.) ; d’autre part, les étudiants peuvent être invités à se pencher sur la question de l’habitat dans les exercices de conception (ateliers de projet). C’est à ce deuxième type d’enseignement que l’on s’intéresse ici, en s’appuyant sur plusieurs expériences d’enseignement conduites à l’École d’architecture de Grenoble (ENSAG).

De nombreux enjeux sociétaux difficiles à composer

Introduisant l’exposition « Vu de l’intérieur », promue par l’Ordre des architectes de l’Île-de-France afin de mieux faire connaître au grand public la culture architecturale cachée dans les lieux où nous tous habitons, G. Roustan (2011) observe que la société contemporaine attend beaucoup des politiques du logement (prise en charge de tensions sociales, résolution des questions environnementales, expression de valeurs symboliques, etc.) et, bien que les bâtiments d’habitation collective soient souvent stigmatisés, ils continuent de concentrer un grand nombre d’enjeux et de faire l’objet d’une attention particulière de la part des architectes, car le logement collectif représente, selon l’auteur, « l’avenir de nos sociétés urbaines ». Cela dit, on observe, dans la production résidentielle ordinaire, le recours à des types de logement répétitifs, très normés et faciles à vendre, car il s’agit aussi (et surtout) de biens économiques à soumettre au contrôle des pouvoirs publics qui doivent en garantir une certaine qualité. Malgré les nombreuses réflexions et expérimentations (souvent impulsées et financées par les acteurs publics, bien qu’il ne manquent pas d’exemples dans le secteur privé), les exemples de bonnes réalisations restent limités (Eleb et Bendimérad, 2011). Pour généraliser ces expériences exceptionnelles, l’une des actions à poursuivre est la sensibilisation (précoce) des maîtres d’œuvre et d’ouvrage aux questions de l’habitat, en particulier durant la période de leur formation.

Transmettre une sensibilité, en plus des savoir-faire

Concevoir l’architecture de la résidence signifie travailler avec les êtres humains et leurs besoins (Ebner et alii, 2010) mais aussi avec les désirs individuels et collectifs, afin que l’architecture puisse fournir un cadre aux aspirations émergentes (Eleb et Simon, 2013). Les questionnements concernant la formation des futurs architectes s’inscrivent donc tant dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS) que dans celui de la technicité propre aux métiers de la conception. S’il est vrai que l’exercice de projet est un processus qui synthétise de nombreuses compétences multidisciplinaires, il est aussi nécessaire de développer des méthodes spécifiques pour l’enseignement de la conception architecturale et urbaine, qui ne peut se réduire à la transcription des contenus élaborés dans les disciplines complémentaires (SHS, sciences de l’ingénieur, etc.).

Une réflexion courante dans les écoles d’architecture remet en question la possibilité même d’enseigner le projet, en proposant plutôt des enseignements où le projet n’est qu’un moyen pour parvenir à des connaissances sur l’architecture. Les expériences pédagogiques qui servent d’étude de cas dans cet article assument effectivement ce deuxième type de positionnement : le thème de projet proposé, la résidence étudiante, n’est qu’un prétexte pour parler d’habitat. La formation ne vise pas tant l’apprentissage des contraintes réglementaires, techniques, budgétaires que la conception de l’habitat implique, mais plutôt la sollicitation de la réflexivité des étudiants à partir d’un thème qui leur est cher, dont ils ont une expérience directe et pouvant susciter au fil de l’eau des questionnements plus larges sur l’habiter.

Qu’est qu’il faudrait donc transmettre aux étudiants concernant la conception de l’habitat ? Ici on formule l’hypothèse que l’objectif principal de ce type de formation, en plus de l’assimilation d’un certain nombre de compétences techniques (générales et spécifiques), est l’acquisition de quelques aptitudes essentielles, listées de suite.

Penser comme des usagers. Ce positionnement amène tout d’abord à se questionner concernant les qualités que l’habitat devrait posséder pour être la projection des désirs de ses habitants. C’est une manière de sensibiliser, d’une part, les futurs maîtres d’ouvrage et les promoteurs à définir des cahiers des charges qui se rapprochent le plus possible de la wishlist des futurs habitants et, d’autre part, les futurs maîtres d’œuvre à être proactifs aussi à propos de la formulation du programme.

Penser critiquement. Les coutumes de la construction et les règlements ne sont pas figés mais, au contraire, sont amenés à évoluer pour s’adapter aux enjeux sociétaux contemporains. Si à présent les logements étudiants sont des produits immobiliers « façonnés par leur rentabilité » (Sabbah, 2013: 204), et cette observation peut être généralisée à la production courante de logements, existent aussi des démarches plus expérimentales1 orientées davantage vers la qualité. Si certaines normes, bien que conçues pour améliorer la condition de l’habiter, finissent pour avoir un effet contre-productif2, la réflexion sur l’habitat issue de la conception peut servir, entre autre, à suggérer des améliorations en ce sens.

Penser différemment. Si le cadre de la production du logement n’est pas immuable, la demande l’est encore moins. Le schéma du logement désormais défini comme « classique », dessiné pour une famille avec des enfants en bas age, où les espaces collectifs et les chambres sont dissociés3, correspond de moins en moins à la structure du groupe domestique contemporain (familles monoparentales, recomposées, cohabitations diverses, etc.) (Eleb et Bendimérad, 2011).

Penser de manière contextualisée dans l’espace. Faire attention au contexte urbain et territorial permet de prendre en compte dans la conception les différentes échelles de l’habiter. En parallèle de l’étude d’exemples significatifs mais difficilement reproductibles ailleurs, il est important de comprendre aussi les caractères et le potentiel de l’urbanité existante et de contribuer à la fabrication d’une ville ordinaire de qualité. Le but est aussi de commencer à en connaître, par l’activité de conception, les processus, les acteurs, les techniques constructives, les matériaux typiques, les règles, etc. L’actuelle démolition de certains grands ensembles démontre que, bien que les logements étaient souvent bien conçus (voir à l’avant-garde), ce qui pose problème est le fait de ne pas avoir pris en compte l’habitat dans son ensemble, l’urbanité qu’il produit (ou pas), les délimitations de l’espace public et privé, ainsi que les relations avec l’environnement (Eleb et Bendimérad, 2011).

Penser de manière contextualisée dans le temps. Connaître l’histoire de la conception du logement permet d’en mesurer les évolutions et de saisir les caractères immanents (notamment de l’ordre du symbolique) et évolutifs (notamment de l’ordre des usages) de la question de l’habitat4. Plus pragmatiquement, il s’agit de puiser souvent dans le vaste réservoir de la culture architecturale, qui a d’ailleurs été particulièrement innovante en France pendant les années 1980, mais aussi être conscients que les acquis d’aujourd’hui seront à remettre en question demain.

Apprendre du processus d’apprentissage

La direction d’ateliers de projet architectural et urbain en deuxième année de licence à l’ENSAG constitue un terrain d’étude privilégié pour analyser l’apprentissage des enjeux liés à l’habitat. Il s’agit d’une occasion pour formuler des hypothèses, les vérifier, apprendre ensemble et en même temps conduire une activité de recherche via la mise en place d’un protocole (en cours de mise au point) d’observation participante du processus de conception.

Conditions de mise en place de la formation et méthodologie d’enseignement/recherche

Le programme pédagogique de l’ENSAG (2016-2020) prévoit, pour le troisième semestre du cursus, un focus sur l’habiter5, ainsi qu’une initiation aux enjeux du rapport architecture/ville. L’enseignement dont on discute ici est sous la responsabilité d’un chercheur6 et contribue à alimenter une réflexion épistémologique et méthodologique cherchant à définir le rôle de la conception dans la recherche en architecture, en renouant en particulier avec les approches typo-morphologiques et les théorisations sur l’architecture urbaine formulées à partir des années 1960 en Italie et en France. Mais le thème de l’habitat n’est pas interprété comme l’un des programmes possibles pour s’exercer au projet ; au contraire, l’exercice de conception est entendu comme outil permettant de faire émerger et d’assimiler les enjeux de l’habiter contemporain.

La méthode de recherche est principalement empirique (via la pratique du projet), collective (via le travail en équipe et les journées communes de restitution), cumulative (via des bilans d’étape7 portés à connaissance de chaque nouvelle promotion). Elle s’appuie sur la formulation d’une méthode pédagogique dont les trois principes de base sont énoncés de suite.

La mobilisation de la double expertise de l’étudiant en tant qu’habitant et futur concepteur

C’est notamment à cet effet que le thème de l’habitat est recentré sur la conception d’une résidence pour étudiants et jeunes travailleurs. Ce thème plus spécifique permet de mieux réfléchir aux transitions entre espace public/collectif/individuel et de poser la question typologique de manière essentielle, obligeant à réfléchir à une véritable « colocation organisée ». Les étudiants, qui connaissent tant la chambre individuelle du CROUS que la « colocation réadaptée » dans des logements pensés à l’origine pour accueillir une famille, sont incités à concevoir des logements plus en cohérence avec leurs désirs. L’enjeu programmatique n’est d’ailleurs pas négligeable si l’on considère que la cohabitation concerne désormais un public de plus en plus important, tous ages et motifs confondus8.

Exemples de types de logements | projets F. Liondore et L. Davault, année 2017-2018

La co-construction du projet et du programme

La définition d’un programme « à la carte » pour chaque étudiant permet de sortir des « standards » de la production actuelle du logement (étudiant9) et d’intégrer une dimension expérimentale, tirée tant de l’étude des « bonnes pratiques » (références architecturales), que du vécu personnel ou de données d’enquête (publiées10 ou réalisées par les étudiants eux-mêmes). L’équipe enseignante ne donne pas un programme décidé à l’avance, mais le construit avec chaque étudiant sur chaque site (plusieurs sites de projet au choix sont préalablement indiqués). En s’interrogeant sur sa propre expérience, l’étudiant prend soi-même comme « unité de mesure pour le projet » (Fernandez-Per et alii, 2011) et donne des indications aux enseignants concernant ses représentations de l’habitat et sa perception du confort, qui sont des variables subjectives et contingentes, comme rappelé par M. Eleb et Ph. Simon (2013).

La sollicitation de la réflexivité des étudiants à chaque étape

Les essais de projet à différentes échelles (urbaine, ensemble de logements, logements partagés et individuels) font systématiquement l’objet d’une analyse comparée de scénarios, permettant d’identifier avantages et désavantages de chaque solution, prioriser les intentions, faire émerger des questions plus générales, comme on verra ensuite.

Exemple d’analyse comparée de scénarios d’implantation de la résidence sur la parcelle | projet A. Viollet, année 2017-2018

Démonter les « mythes » concernant la qualité de l’habitat

Durant les deux premières années d’expérimentation de la méthodologie, on a pu observer que certaines questions suscitent des débats animés et fertiles parmi les étudiants, même quand les discussions sont lancées à partir de quelques idées reçues récurrentes, dont on peut esquisser trois exemples.

Tout le monde rêve de vivre seul

Bien que les résidences pour les étudiants aient évolué d’une conception plus communautariste à une approche plus individualiste, il est nécessaire de rappeler que l’étudiant se reconnaît à la fois en tant que membre d’une communauté académique et comme personne attachée à sa liberté individuelle (Némoz, 2012). Pour cela, la conception d’une résidence étudiante oblige à penser la complémentarité entre espaces individuels et espaces communs. Ces derniers demandent une attention particulière car ils mettent en jeu la rentabilité, le fonctionnement, la sécurité de la résidence (Lapierre, 2013), mais ils ne sont pas moins importants pour le bon vivre de ses habitants.

Certains étudiants proposent donc des petits logements complètement équipés (mais où l’espace de vie est inévitablement très réduit) car ils privilégient l’autonomie de chaque habitant, alors que d’autres dessinent des solutions où certains équipements (cuisine, salon, espace de travail, etc.) sont mutualisés afin de définir des espaces distincts pour la convivialité et pour l’intimité.

La localisation de la cuisine a fait l’objet, par exemple, d’une confrontation de points de vue opposés. En fonction de leur expérience, certains étudiants sont méfiants à l’égard d’une pièce commune, mais cela concerne plus la manière de gérer l’entretien dans la résidence ou des comportements inappropriés des usagers que la qualité de l’espace en soi. D’autres, en revanche, apprécient d’avoir à disposition une véritable pièce à vivre, conviviale, avec du rangement supplémentaire, au lieu d’une minuscule kitchenette dans la chambre où beaucoup d’autres usages doivent trouver place.

Les étudiants s’aperçoivent enfin que le vivre ensemble peut être désirable et non une contrainte. La conception d’espaces communs de qualité peut donc faciliter le partage, mais il est nécessaire d’offrir plusieurs choix aux habitants qui souhaiteraient parfois s’isoler pour étudier ou reposer.

Un bon projet de résidence est la somme de logements bien conçus

Concevoir un ou plusieurs types de logements, adaptés à la demande plurielle des modes de vie contemporains, n’épuise pas la complexité de l’habitat.

En premier lieu, il est nécessaire de donner la même qualité à d’autres espaces habités de la résidence, comme les espaces extérieurs, les espaces collectifs et le système de la distribution horizontale et verticale. Ces derniers peuvent d’ailleurs coïncider, comme dans l’exemple de la résidence dessinée dans les années 1940 par A. Aalto au MIT, pour économiser de l’espace (qui devient multifonctionnel) tout en conférant plus d’habitabilité (fréquentation, lumière, ambiances, vues sur le paysage, etc.). Il s’agit de concevoir des espaces qui donnent envie, comme par exemple un jardin commun bien ensoleillé l’hiver mais ombragé l’été, ou une terrasse commune en hauteur profitant de la vue.

Exemples de jardin avec portique et toit-terrasse ombragés pour la fréquentation estivale|projets J. Vibrac et F. Toto, année 2017-2018

En deuxième lieu, la répétition peut conduire au piège de ne pas saisir et transcrire dans le projet les différentes opportunités offertes par le site (orientations, vues, accessibilité, ambiances urbaines, etc.). Dans la même résidence d’A. Aalto, chaque chambre a sa propre vue sur le paysage et l’aménagement intérieur est similaire mais nécessairement adapté à chaque configuration de l’espace, qui est donc toujours différente des autres.

A. Aalto, Résidence étudiante « Baker House », Massachussets Institute of Technology, Cambridge, 1947-1949 | G. Trotta-Brambilla, 2018

M. Eleb et Ph. Simon (2013) observent d’ailleurs que l’affranchissement du « plan courant » se répand à présent parmi les architectes pour privilégier le « tout sur mesure », afin de tenir en compte la position de chaque logement dans l’ensemble et par rapport à la situation urbaine. La difficulté dans la conception devient alors d’ « emboîter » des éléments différents (tout en en assurant la faisabilité constructive via la définition de rythmes et modules) et de garder une certaine unité exprimant l’idée du collectif.

Dans une résidence pour étudiants il n’y a que des étudiants

Il n’est pas simple de donner une définition univoque de l’étudiant aujourd’hui : l’allongement de la durée des études avec la reforme LMD et la plus grande porosité entre les catégories des étudiants et des jeunes travailleurs amène à une plus grande diversification des profils sociaux et culturels (Némoz, 2012). Des situations nouvelles et/ou hybrides peuvent être identifiées (étudiants en alternance, doctorants, stagiaires, etc.). Étudiants et jeunes actifs sont des publics qui s’entremêlent de plus en plus, surtout car de nombreux étudiants ont une activité rémunérée pour financer leurs études (Joinet, 2012). Certains vivent déjà en couple.

Selon F. Bertière, PDG de Bouygues Immobilier ayant participé à l’expérience d’ « ID Campus », il ne serait pas aberrant de mélanger la population des étudiants avec les jeunes actifs ou les personnes âgées (Lapierre, 2013). On propose donc aux étudiants de concevoir une résidence mixte, dont le remplissage serait optimisé, permettant à des potentiels promoteurs d’investir, en échange, dans la qualité et le confort. D’autres types d’usagers pourraient ainsi être hébergés, en plus des usagers déjà mentionnés, comme par exemple des travailleurs du monde de la formation supérieure, pour des périodes plus ou moins longues (des chercheurs pour le temps d’un colloque, des étudiants pour des workshops, des enseignants invités pour quelques mois, éventuellement avec leur famille), mais aussi des étudiants étrangers, des travailleurs saisonnier, etc.

De plus, en mélangeant les usagers et en offrant des types de logement adaptés aussi pour des familles, on peut retenir en ville des jeunes ménages qui tendraient à partir dans le suburbain, aggravant les problèmes de mobilité, ségrégation, diffusion urbaine qui caractérisent la ville contemporaine. Plusieurs projets ont intégré des « maisonnettes » mono-familiales sur deux ou trois étages dans lesquels les habitants peuvent disposer d’un accès indépendant sur rue et d’un jardin privatif, mais peuvent aussi accéder à des espaces partagés (comme une salle de sport) par le biais d’un jardin commun à tous les logements, ce qui est censé favoriser la constitution de liens intergénérationnels à l’intérieur de la résidence.

Exemple de résidence mixant les types de logement et les usages | projet J. Briot, année 2017-2018

Des solutions qui soulèvent des questions

Les projets élaborés par les étudiants durant le semestre restent souvent, pour manque de temps, à une étape d’ébauche, mais ce qui intéresse principalement le travail de recherche ce sont les questionnements qui émergent du processus de conception.

 L’habitat pour les étudiants, par les étudiants

Celui du logement étudiant est aussi un thème d’actualité puisque le parc spécialisé existant n’arrive pas du tout à satisfaire la demande. Les étudiants d’architecture sont donc directement touchés par le problème et semblent s’investir volontiers dans la démarche de conception proposée.

Si les profils des étudiants de ces années 2010 ne sont pas très bien établis, le(s) type(s) du logement correspondants ne sont pas très bien définis non plus. On peut regarder aux résidences étudiantes existantes, mais elles ne sont pas toujours un exemple d’espace généreux et bien conçu : comme on l’a rappelé plus haut, les programmes sont très normés et présentent peu d’innovations ; les réalisations ont souvent été réduites, ces dernières années, à des simples produits très standardisés, rentables pour les promoteurs mais – souvent – pas véritablement habitables pour les étudiants (Lapierre, 2013). On s’appuie donc sur le vécu personnel des étudiants (avantages et désavantages des logements dans lesquels ils vivent actuellement, désirs concernant le logement idéal), ainsi que sur des références d’habitat de qualité (toute dimension et tout programme confondu) que l’on analyse, décortique et recompose autrement pour réinterroger les schémas les plus diffus de la résidence étudiante. Par exemple :

– comment favoriser, par le biais de la conception spatiale, l’appropriation de logements temporaires, relativement petits et équipés de manière basique ? Les logements doivent-ils être meublés et comment ? Quelle place laisser à la personnalisation ? La diversité typologique et de localisation (côté rue avec accès indépendant, côté jardin au calme, étage élevé pour profiter de la vue, etc.) est-elle une manière de permettre l’appropriation via le choix d’un logement plus adapté aux besoins et désirs spécifiques de chacun ?

– quels sont les espaces à partager ? Quelles qualités faut-il leur donner en termes d’espace, de lumière naturelle, d’orientation, de vue, d’ambiances, etc. ? Est-il possible d’envisager des équipements/services communs allant au-delà du simple local vélos ou de la laverie pour rajouter une cafétéria ou une cantine, une salle de sport ou de loisirs, etc. ? Quelle est la localisation la plus pertinente de ces espaces ? Peut-on les ouvrir à l’extérieur pour garantir un lien entre la résidence étudiante et ses environs, ou bien imaginer d’y intégrer un équipement public à mutualiser avec le quartier ?

– quelle est la bonne dimension du logement individuel ? Les 18 m² prévus par la norme française en la matière sont-ils suffisants ? Une plus petite surface du logement peut-elle être compensée par une importante qualité des espaces communs, favorisant les échanges entre étudiants ? Une résidence étudiante est aussi une « société miniature » (Lapierre, 2013 : 26) ? Quelle place pour l’utopie dans la conception d’un tel programme d’habitat ?

Plus d’espaces collectifs? | projet E. Giroux, année 2016-2017

Le résultat final du processus de conception est un corpus d’une cinquantaine de projets par semestre. Chaque projet est différent des autres car les réponses aux questions que l’on vient d’évoquer, de manière non exhaustive, constituent autant de positionnements différents selon la sensibilité de chaque étudiant et autant d’occasions d’apprendre les uns des autres, y compris pour les enseignants. En considérant l’ensemble des projets, on peut rendre compte de la variété des représentations du logement et des différentes manières d’entendre l’habitabilité, ainsi que des solutions architecturales correspondantes.

De la résidence étudiante à l’habitat

Le programme spécifique de la résidence étudiante se prête bien à poser aussi des questions plus larges sur l’habitat et la ville. Le choix de terrains de projet dans des quartiers « ordinaires » de la ville consolidée (plutôt que du campus universitaire11), vient renforcer cette réflexion. De plus, il s’agit de tissus urbains qui sont en train de muter dans une logique de densification (de l’habitat individuel à l’habitat collectif) et/ou de changement de type d’usage (locaux artisanaux, entrepôts, garages etc. susceptibles d’être substitués avec de l’habitat), suggérant une réflexion sur la ville et ses processus évolutifs.

Le programme appelle à s’interroger, en particulier, sur la question de la densité, « sujet inconfortable » (Fernandez-Per et alii, 2011 : 9), parfois difficile à concilier avec les qualités recherchées par les habitants, mais dont il convient de renverser les représentations (souvent associées à la promiscuité, à l’insécurité et à l’anonymat (Bendimérad, 2011)) en en saisissant les opportunités dans le projet. Certains projets proposent donc des solutions d’habitat bas et dense, tout en essayant de préserver l’intimité de chaque logement, alors que d’autres explorent l’hypothèse du bâtiment haut en relation avec le paysage, tout en recherchant la hauteur acceptable aussi pour les tissus urbains environnants. L’activité de conception permet de remettre en cause les ratios imposés par les règlements, afin de formuler des hypothèses sur la densité la plus pertinente à mettre en œuvre au cas par cas.

Le rapport entre espace public et privé est un autre thème à traiter en priorité dans une résidence étudiante, mais généralisable aussi à tout projet d’habitat. Les séquences et les parcours, tout comme les dispositifs marquant les transitions et les seuils ou évitant les vis-à-vis directs et les nuisances sonores, doivent être soigneusement conçus afin de garantir de bons rapports entre les habitants. Il s’agit de questions à régler principalement par un enchaînement pertinent des espaces bien avant d’être résolues par un détail constructif. Certains projets mettent l’accent sur des orientations différentes des logements, d’autres sur la hiérarchisation des ouvertures, d’autres encore sur une séquence d’entrée matérialisant un degré d’intimité de plus en plus important.

Densité, orientation et séquences d’entrée des logements | projets J. Bonnotte et R. Robin, année 2017-2018

Le programme abordé soulève aussi la question de la mixité, tant sociale (via la diversité typologique) que fonctionnelle (via le partage de locaux communs et/ou l’implantation d’équipements et commerces au service du quartier). D’ailleurs, un nombre croissant d’opérations mêlent aujourd’hui les types de bâtiment, de logement, d’usage, de financement (Marchand et Joud, 2014) et l’hybridation de formes collectives et individuelles d’habitat connaît un regain d’intérêt (Bendimérad, 2011). Ainsi, par exemple, au rez-de-chaussé d’un cours trafiqué, où il ne serait pas judicieux de localiser du logement mais où l’on peut capter facilement des flux, les projets proposent de réserver un socle de commerces, équipements publics ou équipements collectifs, alors que des logements peuvent trouver place au rez-de-chaussé de rues secondaires si l’on prévoit des dispositifs pertinents de protection (parvis, petits jardins, surélévation, etc.) ou si on y localise des espaces tampon comme le garage, la cave, la buanderie, etc.

Conclusion

L’habitat est le programme architectural le plus courant et en même temps le plus difficile à concevoir (Ebner et alii, 2010). Il est indispensable de renforcer la formation des futurs concepteurs à cet égard. Dans ce texte on a dressé un premier bilan des expériences d’enseignement conduites ces deux dernières années à l’ENSAG pour mettre en débat une méthode hybride, mêlant des contenus issus des SHS avec les apports des disciplines du projet. Les étudiants sont invités à interroger les différents modes d’habiter qu’ils ont pu expérimenter, mais aussi à utiliser les données sociologiques disponibles et à se cultiver sur la question de l’habitat. Le but n’est pas de « les faire jouer les sociologues », mais plutôt de leur apprendre à être à l’écoute, en se positionnant à l’interface entre plusieurs compétences et savoirs. Par la suite, ce sera à ce jeunes concepteurs de jongler entre les intérêts pluriels des parties prenantes et d’entendre les arguments de tous les acteurs concernés par le projet, tout en poursuivant l’objectif d’un projet optimal, capable de profiter des opportunités et de composer avec les contraintes.

La méthode illustrée n’est évidemment pas la seule possible, mais elle a l’objectif de faire évoluer l’activité de conception, afin que celle-ci ne reste pas cristallisée autour de pratiques et schémas consolidés, mais puisse se transformer en fonction des changements socio-environnementaux et contribuer à améliorer le plus largement possible la qualité de l’habiter. Cette méthode cherche à interroger l’habiter à différentes échelles (la ville, le quartier, la résidence collective, le logement individuel ou partagé) et au sens large, en réfléchissant au « lieu » et au « temps de l’espace habité » (Salignon, 2010 : 23), tout en mettant en avant les apports spécifiques que le processus de conception, avec ses outils propres, peut faire émerger.

L’exploration du thème de la résidence étudiante diffuse dans la ville et aux usages et publics mixtes permet de concevoir un ensemble de logements cohérent et intégré dans le contexte urbain plutôt qu’un produit à la rentabilité maximisée. La liberté du programme, considérée (non à tort) par certains étudiants comme une difficulté supplémentaire, est en réalité la condition essentielle pour saisir au mieux les opportunités offertes par le site, ainsi que pour proposer des usages adaptés et innovants pour les résidences (étudiantes, mais pas que) du XXIe siècle.

 

BIBLIOGRAPHIE

Bendimérad S., 2011, Fortunes, infortunes de quelques types et figures de la ville dense, in Eleb M., Bendimérad S., Vu de l’intérieur. Habiter un immeuble en Île-de-France 1945-2010, Paris, Archibooks + Sautereau Éditeur, p. 83-95.

Ebner P., Hermann E., Hollbacher R., 2010, Typology + : innovative residential architecture, Basel, Birkhäuser, 431 p.

Eleb M., Simon Ph., 2013, Entre confort, désir et normes. Le logement contemporain 1995-2012, Bruxelles, Mardaga, 303 p.

Eleb M., Bendimérad S., 2011, Vu de l’intérieur. Habiter un immeuble en Île-de-France 1945-2010, Paris, Archibooks + Sautereau Éditeur, 176 p.

Fernandez-Per A., Arpa J., Mozas J., 2011, Density is home, Vitoria-Gasteiz, Éditions a+t, 397 p.

Joinet H., 2012, Depuis 2009, un Schéma Régional du Logement Étudiant pour l’Île-de-France, in Camby C. (dir.), Habitat étudiant, un écosystème à inventer, Paris, L’œil d’or, p. 81-83.

Lapierre E. (dir.), 2013, 18 m2 : habitat étudiant, projets d’avenir, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 408 p.

Marchand B., Joud C., 2014, Mix. Mixité typologique du logement collectif de Le Corbusier à nos jours, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 151 p.

Némoz S., 2012, La réinvention du logement étudiant : un état des lieux rétrospectif et prospectif, in Camby C. (dir.), Habitat étudiant, un écosystème à inventer, Paris, L’œil d’or, p. 13-15.

Roustan G., 2011, La culture de « l’habiter » : une condition du bien vivre ensemble, in Eleb M., Bendimérad S., Vu de l’intérieur. Habiter un immeuble en Île-de-France 1945-2010, Paris, Archibooks + Sautereau Éditeur, p. 5-6.

Sabbah C., 2013, Maxi loyer pour mini foyer : les logements pour étudiants, des produits façonnés par leur rentabilité, in Lapierre E. (dir.), 18 m2 : habitat étudiant, projets d’avenir, Paris, Pavillon de l’Arsenal, p. 204-213.

Salignon B., 2010, Qu’est-ce qu’habiter ?, Paris, Éditions de la Villette, 143 p.

Vallet B., 2012, Le logement étudiant et ses nouvelles problématiques, in Camby C. (dir.), Habitat étudiant, un écosystème à inventer, Paris, L’œil d’or, p. 17-19.

 

NOTES

1 Par exemple la démarche collaborative « ID Campus », initiée en 2012 par Bouygues Immobilier et associant des professionnels de différents secteurs, des collectivités locales, des associations étudiantes, des bureaux d’études et des promoteurs, finalisée à la construction de logements étudiants innovants.

 

2 M. Rozenblat, président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) de 1984 à 1986, fait par exemple remarquer que les bienfaits de l’évolution de la norme française en matière de logement étudiant, imposant le passage de 9 à 18m2 de la surface des chambres, ont été effacés par les dispositions concernant les PMR, qui réduisent la surface du lieu de vie à 6m2 (Lapierre, 2013).

3 Définition donnée par le Ministère du Logement à propos de la loi sur l’Engagement national pour le logement (citée par Eleb et Bendimérad, 2011 : 23).

4 Durant la formation on a pu analyser avec les étudiants des références architecturales aux nombreuses qualités et pourtant certaines configurations spatiales (par exemple les toilettes communes) ne paraissent plus acceptables aujourd’hui.

5 Le thème de l’habitat est traité dans les trois ateliers de projet du semestre, ainsi que dans le champ des sciences humaines et sociales (cours « Habiter ou réaliser son être au monde », « Qualités d’usages et habitats »).

6 À la différence de la plupart des « studios de projet », souvent tenus par des professionnels et visant à mettre les étudiants en configuration similaire à l’organisation d’une agence d’architecture. L’équipe enseignante est composée de P. Belli-Riz, F. Lely et G. Trotta-Brambilla (responsable), mais bénéficie aussi des échanges avec les autres enseignants de projet du semestre (E. Léna, J.P. Vettorello) et les enseignants invités (R. Huneau, J.Ch. Grosso).

7 L’écriture même de ce texte est entendue comme opportunité de dresser une synthèse et esquisser des nouveaux thèmes et questions à soumettre aux étudiants des promotions à venir.

8 Comme expliqué par M. Eleb et Ph. Simon (2013), la cohabitation est un phénomène dont les raisons ne sont pas seulement économiques mais aussi liées aux changements d’idéaux et de valeurs.

9 M. Rozenblat observe que « les résidences produites récemment ne se différencient pas tellement les unes des autres, le travail de promoteurs portants essentiellement sur la possibilité de faire entrer tous les éléments du programme dans une surface contrainte par des coûts fonciers et de construction dont découlent le prix de vente et le loyer » (Lapierre, 2013 : 200).

10 Durant l’année 2017-2018 les étudiants ont souvent consulté une enquête sur le logement étudiant « idéal » réalisée par Harris Interactive pour la Chaire Immobilier et Développement profilDurable de l’ESSEC.

11 « La colocation dans le parc diffus s’est répandue il y a une vingtaine d’années parce qu’il y avait peu de résidences dédiées et celles qui existaient étaient sur les campus, loin des centres urbains » (F. Bertière, PDG Bouygues Immobilier, in : Lapierre, 2013 : 25).

Gabriella Trotta-Brambilla

Maître de Conférences Associé à l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble | Chercheur au sein du Laboratoire Cultures Constructives (ENSAG)

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.