Quelle place pour le projet dans la recherche en Études Urbaines?

par Gabriella TROTTA-BRAMBILLA

(articolo in italiano)

Ce billet, qui reprend et réadapte le texte d’une communication présentée au colloque « Champ libre? L’aménagement et l’urbanisme à l’épreuve des cadres théoriques »1 (2016), est le premier d’une série visant à interroger un possible cadre épistémologique spécifique pour la recherche en architecture, urbanisme et aménagement du territoire fondé sur la notion polysémique de « projet » et sur des méthodologies de recherche dites « design-led », c’est-à-dire (pour reprendre la terminologie adoptée pour structurer ce carnet de recherche) PAR LE PROJET.

La pointe de la Presqu’île lyonnaise vue du Musée des Confluences | photo: GTB, 2016

Face à la faible reconnaissance, en France, des expériences de recherche par le projet, mais en prenant en compte, en même temps, les tentatives de construction progressive d’un champ d’études pluridisciplinaires sur la ville – tel que les urban studies anglo-saxons (Collet et Simay, 2013) – et sur le territoire2, la conjoncture3 semble appropriée pour poser la question des possibles complémentarités entre les méthodes des sciences qui traditionnellement s’occupent de la ville et du territoire (des sciences de l’ingénierie aux sciences sociales) et les apports spécifiques des disciplines dites du projet4, dont la valeur « scientifique » ne fait pas consensus parmi les chercheurs.

La comparaison avec d’autres cultures de la recherche peut fournir quelques pistes (non exhaustives) pour évaluer la légitimité des démarches basées sur le projet en tant qu’outil propre aux disciplines qui abordent la question de l’organisation de l’espace à différentes échelles, tout en identifiant certaines des raisons des blocages et des ouvertures possibles dans le contexte français.

Le projet comme outil de recherche ?

Le titre de la communication originale (« Le projet, cet oublié des chercheurs… ») paraphrase le titre d’un ouvrage (Gumuchian et al., 2003) qui met en avant un enjeu majeur de la recherche récente sur la ville et le territoire, à savoir la tentative de remettre les acteurs au centre de l’intérêt. Ce revirement du « tout-aménagement » au « tout-acteurs-locaux », symptomatique (entre autre) d’une volonté d’opposition à une pensée aménagiste étatique très présente en France dans les théories et les pratiques de l’aménagement à plusieurs échelles, semble toutefois manquer de nuances vis-à-vis d’approches de recherche qui ne sont pas nécessairement opposées ou incompatibles.

Nous constatons une méfiance généralisée envers les grands projets urbains et d’aménagement contemporains, qui amène à théoriser un urbanisme de l’inaction, dénonçant l’impossibilité d’agir sur la ville (Ascher, 2001), ou un urbanisme de la pensée faible (Chalas, 2004) et de l’incertitude (Chalas et al., 2009), s’opposant au projet urbain des promoteurs immobiliers et des gouvernants, déterministe et incapable d’intégrer la complexité de la ville contemporaine et le droit à la participation. Mais cette méfiance semble générer un paradoxe : si souvent elle se reflète (ou elle a plutôt été générée?) dans les milieux universitaires, pourquoi récemment on a vu se multiplier en France les formations supérieures en projet ou design urbain ? Peut-être des nouveaux enjeux sont en train de se dessiner autour de l’interprétation du projet urbain en tant que « démarche méthodologique » visant à mettre en commun des savoirs, des compétences, des désirs, etc. (Ingallina, 2008). C’est précisément cette dernière acception (appliquée à la recherche) que nous souhaitons interroger.

Des traditions de recherche et formation différentes

En France et dans la francophonie5, la recherche en urbanisme et aménagement se confronte majoritairement au domaine des sciences sociales, dont elle emprunte théories et méthodes. De plus, on peut observer en France, pour l’instant, le manque de consensus autour de la nécessité d’une réflexion approfondie sur l’emploi des démarches de projet dans la recherche sur la ville et le territoire.

Bien que la même préoccupation d’intégration de la dimension sociale aux disciplines traitant de l’espace ne soit pas une nouveauté et que l’interdisciplinarité dans la recherche s’impose désormais presque comme une évidence, cela n’a pas empêché le développement d’une vaste tradition internationale de travaux scientifiques adoptant le projet à différentes échelles comme outil de recherche.

Par exemple, dans le contexte anglophone, les méthodes de recherche par le projet se réfèrent au domaine du design entendu comme discipline à part entière6, comprenant l’aménagement du territoire, l’architecture, la planification paysagère, l’urbanisme, le design industriel, etc. (Findeli et Coste, 2007). Plusieurs chercheurs ont contribué et contribuent à la construction d’une épistémologie transversale, notamment sous l’impulsion, entre autres, de travaux pionniers comme ceux de D. Schön (1984), qui ont réhabilité la pratique professionnelle en tant que pratique réflexive et, donc, comme processus potentiellement générateur de connaissance, assimilable en quelque sorte à la recherche. Cela est d’ailleurs significativement montré par le nombre de revues scientifiques s’attachant depuis longtemps à explorer le domaine du design7.

Bien que cette autonomie disciplinaire ne se soit pas toujours imposée dès la naissance des formations en design (proposées, au début, dans des écoles différentes des universités, comme cela arrive en France), à présent on peut observer une certaine richesse des réflexions épistémologiques et méthodologiques en cours8. La diversité terminologique cherchant à décrire les méthodologies basées sur le projet dans la recherche dans les disciplines du design souligne l’effort de systématisation de pratiques sûrement hétérogènes, mais non improvisées : practice-led research, design-led research, research through ou by design, projet-grounded research, design-based research, etc. (Chow, 2010). Le projet, sans distinction des objets et des échelles étudiés, est ici l’élément fondateur même des processus de recherche.

En revanche, l’originalité de la recherche italienne9 tient à la construction progressive (à partir du deuxième après-guerre) de ce que l’on appelle l’ « architecture urbaine10 », domaine d’études visant à identifier « scientifiquement » les relations entre le type architectural et la morphologie urbaine, ensuite élargie aussi à l’échelle du territoire (Gregotti, 1966). Bien que fondée, à l’origine, sur les études françaises en histoire et géographie urbaine, cette approche met principalement l’accent sur la dimension spatiale de la ville11. Le mouvement d’avant-garde architecturale nommée « Tendenza », en particulier, a essayé de construire une continuité avec la révolution culturelle portée par le Mouvement Moderne, tout en en critiquant ses dérives fonctionnalistes et homogénéisatrices de la qualité architecturale (Mazzoni, 2013) et en y opposant des réflexions théoriques originales sur la typo-morphologie. Des figures d’ « architectes-intellectuels » comme A. Rossi, G. Grassi, G. Canella, V. Gregotti, etc., ont ainsi cherché à mettre en avant la « scientificité » du processus de projet, qui présuppose un traitement rigoureux des données internes et l’explicitation de ses rapports avec le monde extérieur (Mazzoni, 2013).

Ces nombreuses recherches sur l’épistémologie spécifique de l’architecture de la ville, conduites pendant plus de soixante ans, constituent le contexte culturel dans lequel opèrent des urbanistes-chercheurs italiens tels que B. Secchi (1934-2014) et P. Viganò12. Cette dernière, en particulier, a récemment publié un ouvrage en français13 où elle cherche à montrer comme l’outil principal de l’architecte-urbaniste, le projet, est en mesure de produire de la connaissance par le biais de son aptitude à conceptualiser, décrire et prévoir (Viganò, 2014). Le cadre théorique commun à l’architecture et à l’urbanisme reste aujourd’hui très lisible dans la structure de la formation supérieure italienne14, bien qu’en Italie aussi la recherche tende vers un domaine d’études pluridisciplinaires sur la ville15.

Si ces deux premiers exemples évoquent des démarches de recherche « par » le projet, pour ce qui est de la recherche française dans les mêmes domaines, les démarches les plus répandues sont les recherches « sur » le projet. Dans ce contexte, le projet urbain et territorial est analysé comme processus capable de fédérer acteurs, ressources, outils, procédures, etc., mais ce sont ces derniers, de fait, les véritables objets de la recherche. On met alors en avant les discours des stakeholders, l’influence du leadership politique, la marginalisation de certains groupes sociaux face aux processus de fabrication urbaine (Pinson, 2009), les jeux d’acteurs, les modes de gouvernance et de « mise en scène » (Avitabile, 2005) du projet urbain, etc., et on les analyse par le prisme des théories de l’action publique et par des outils empruntés aux SHS, tout en laissant en arrière-plan le projet à proprement parler.

Existe-t-il donc des véritables théories du projet et des instruments propres aux disciplines (architecture, paysage, urbanisme, aménagement) qui s’intéressent à l’organisation de l’espace physique ? Malgré la reconnaissance que des urbanistes-chercheurs italiens comme B. Secchi et P. Viganò ont obtenu en France, ainsi que la longue tradition d’échanges entre ces deux cultures et leurs influences réciproques16, l’idée que le projet soit un outil pour la recherche dans le domaine de l’aménagement de l’espace (toutes échelles confondues) peine à s’affirmer, et cela au sein même des écoles d’architecture, où le projet devrait tout de même être l’outil le plus prégnant.

Le projet comme outil de recherche : blocages, ouvertures, questions

La traditionnelle séparation entre écoles d’architecture et instituts d’urbanisme, ainsi que des Ministères de référence17, peut (au moins en partie) expliquer les réticences concernant l’utilisation du projet dans la recherche en urbanisme et aménagement. En France, en fait, les formations en urbanisme sont intégrées généralement dans des facultés de géographie, économie ou sociologie (Frebault et Pouyet, 2006) et, dans tous les cas, se réfèrent plus largement à la culture des SHS. De plus, puisqu’en France le doctorat en architecture a été introduit relativement récemment (2005), les thèses portant sur des « objets architecturaux » ont été longtemps élaborées au sein d’autres facultés (histoire de l’art, urbanisme, philosophie, sociologie, etc.). Cela a favorisé la conception de l’architecture et, en particulier, du projet en tant qu’objet d’études à analyser par les méthodes d’autres disciplines fondamentales considérées, selon les cas, comme les plus pertinentes (Findeli, 1998), et non comme une discipline avec ses outils d’analyse propres, ce qui aurait demandé une réflexion approfondie sur le projet (à différentes échelles) en tant que méthode, comme nous l’avons vu pour les cas des recherches anglophones et italiennes.

De plus, bien que des architectes français aussi se soient intéressés aux théories italiennes de l’architecture urbaine et de la typo-morphologie (d’où dérive, en quelque sorte, la fonction du projet en tant qu’outil de recherche), à la fin des années 1980 ces apports ont été remis en discussion en France (Mazzoni, 2013), en particulier relativement à la possibilité de distinguer, dans les processus de recherche, les rôles de chercheur et de praticien. La notion de recherche-action, évoquée de plus en plus régulièrement en France à partir de la fin des années 1970 (Hess, 1983) dans la sphère des SHS, n’est pas non plus venue constituer un cadre méthodologique légitimant l’exploitation des compétences des professionnels du projet.

Bien qu’en France la recherche par le projet (en général, et plus particulièrement en études urbaines) constitue encore une pratique très expérimentale (Mazel et Tomasi, 2017) et que cela repose sur la volonté des (assez rares) directeurs de recherches qui acceptent de se lancer dans l’aventure, on peut tout de même observer l’émergence d’un nouveau contexte, plus favorable à la définition d’un champ multidisciplinaire d’études urbaines (création de « pôles » de recherche et formation sur la ville et le territoire18 ou de laboratoires multidisciplinaires intégrant chercheurs de l’Université et des ENSA19), aux échanges méthodologiques entre disciplines (introduction de l’enseignement de l’urbanisme dans les Écoles d’architecture (Frebault et Pouyet, 2006) et, vice-versa, du projet urbain dans les Instituts d’Urbanisme) et peut-être à l’utilisation plus fréquente du projet en tant qu’outil de recherche (par exemple par le renforcement du doctorat en architecture). S’ajoute à tout cela la reforme (en cours) des statuts des enseignants des Écoles d’architecture, qui devrait comprendre notamment l’institution officielle du statut de l’enseignant-chercheur.

Mais la construction de théories autour de la notion de projet ne va pas de soi. Cela pose des questions d’ordre épistémologique et méthodologique. Doit-on tendre vers une « unité des sciences », où le modèle de la physique (science par excellence) s’imposerait pour sa rigueur reconnue (Schemeil, 2012), ou bien doit-on construire des « épistémologies spécifiques », adaptées à la diversité de leurs besoins et des contraintes auxquelles elles sont soumises (Grignon, 2008) ? Si l’on cherche à construire un modèle épistémologique spécifique pour les disciplines du projet, quels sont les outils propres à ces dernières ? Si le projet peut être compté parmi ces outils, comment peut-il se référer à cette épistémologie spécifique et, en même temps, s’ouvrir, se confronter, s’intégrer dans le domaine des sciences humaines et sociales, dans le contexte actuel d’ « injonction à l’interdisciplinarité », afin que les démarches de recherche dites design-led ne demeurent pas isolées, inintelligibles, voire inacceptées ? Puisque l’instrument utilisé pour la connaissance joue nécessairement le rôle de médiateur entre sujet connaisseur et objet à connaître et que la qualité des résultats dépend tant de l’instrument (déjà à disposition ou construit par le chercheur) que de la manière de l’utiliser et d’interpréter les données obtenues, comment construire des méthodes de recherche par le projet ?

Le carnet de recherche PROIECTUS vise à contribuer à mieux définir les questionnements précédents, tout en essayant de proposer quelques éléments de réponse.

 

BIBLIOGRAPHIE

Ascher F., 2001, Les Nouveaux Principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 104 p.

Avitabile A., 2005, La mise en scène du projet urbain, Éditions L’Harmattan, Paris, 336 p.

Chalas, 2004, L’imaginaire aménageur en mutation. Cadres et référents nouveaux de la pensée et de l’action urbanistique, Éditions L’Harmattan, Paris, 340 p.

Chalas Y., Gilbert C., Vinck D. (dir.), 2009, Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude, Archives contemporaines, 182 p.

Chow R., 2010, What Should be done with the Different Versions of Research Through Design, in Entwerfen. Wissen. Produzieren. Designforschung im Anwendungskontext, edited by C. Mareis, G. Joost, and K. Kimpel. Bielefeld: Eine Publikation der DGTF. Transcript Verlag.

Collet A., Simay P., 2013, Y a-t-il des « urban studies » à la française ? , Métropolitiques, 3 juillet 2013, URL : http://www.metropolitiques.eu/Y-a-t-il-des-urban-studies-a-la.html.

Findeli A., 1998, La recherche en design. Question épistémologiques et méthodologiques, International Journal of Design and Innovation Research, vol.1, n°1, juin 1998, pp. 3-12.

Findeli A., Coste A., 2007, De la recherche-création à la recherche-projet : un cadre théorique et méthodologique pour la recherche architecturale, Lieux Communs n°10, pp. 139-161.

Frebault J., Pouyet B., 2006, Renforcer les formations à l’Urbanisme et à l’Aménagement, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, janvier 2006, 285 p.

Gregotti V., 1966, Il territorio dell’architettura, Feltrinelli, Milano, 184 p.

Grignon C., 2008, Place de la sociologie dans l’ordre des sciences, Revue européenne des sciences sociales, XLVI-142 | 2008, URL : http://ress.revues.org/137.

Gumuchian H., Grasset E., Lajarge R., Roux E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Ed. Economica, 186 p.

Hess R., 1983, Histoire et typologie de la recherche-action, Pour, n° 90, pp. 9-16.

Ingallina P., 2008, Le projet urbain, Presses Universitaires de France, 128 p.

Mazel I., Tomasi L., 2017, Approche du projet dans la recherche doctorale en architecture, Contour (http://contour.epfl.ch/?p=1413&lang=en).

Mazzoni C., 2013, La Tendenza. Une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseille, Éditions Parenthèses, 349 p.

Pinson G., 2009, Gouverner la ville par projet, urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de Science Po, Paris, 418 p.

Schemeil Y., 2012 (2010), Introduction à la science politique. Objets, méthodes, résultats, Paris, Presses de Sciences po et Dalloz, 607 p.

Schön D., 1984, The reflexive practitioner. How Professionals Think in Action, New York, Basic Books, 374 p.

Viganò P., 2012 (2010), Les territoires de l’urbanisme. Le projet comme producteur de connaissance, Lausanne, Metis Presses, 293 p.


NOTES

1 Titre originel de la communication: Gabriella Trotta-Brambilla, « Le projet, cet oublié des chercheurs… », colloque « Champ libre? L’aménagement et l’urbanisme à l’épreuve des cadres théoriques », 14-15 janvier 2016, Paris.

2 Cf. à ce propos les travaux du Collège International des Sciences du Territoire (CIST), visant à “contribuer à formaliser et organiser le champ interdisciplinaire des sciences du territoire” (http://www.gis-cist.fr/cist/missions, consulté le 13.10.2017).

3 Pour compléter ce cadre conjoncturel, on rappellera plus bas le contexte de reforme qui intéresse actuellement les Écoles d’Architecture françaises.

On entend ici par « disciplines du projet » notamment l’architecture et la planification urbaine, territoriale et paysagère.

5 À l’exception du Québec, qui adhère plutôt au modèle anglophone (Findeli, 1998).

6 Le design est défini comme activité de quiconque conçoit des actions ayant pour but de transformer des situations existantes en des situations préférées (H. Simon et D. Schön, 1969, cité par Findeli et Coste, 2007).

7 Nous pouvons citer, à titre d’exemple, Design Issues, Design Studies, Environment and Planning B, International journal of Design and Innovation Research, etc.

8 Toutes ces expressions ne correspondent pas à une même manière d’entendre la méthodologie par le projet et aux mêmes implications épistémologiques. Une comparaison plutôt claire a été dressée par R. Chow (2010).

9 Originalité actuellement probablement estompée par une adéquation au modèle de recherche anglo-saxon motivé, d’une part, par le besoin de diffuser à l’international les travaux de recherche italiens et, d’autre part, la nécessité de capter les financements européens.

10 On entend par « architecture urbaine » le champ d’études né au XXème siècle visant à lire la ville par l’architecture qui la compose. Si l’analyse de la relation des bâtiments à la ville trouve son initiateur en Alberti, le domaine de l’architecture urbaine se conforte notamment avec le Mouvement Moderne et surtout avec sa réinterprétation et évolution proposées par le mouvement italien de la Tendenza (1966-1974) (Mazzoni, 2013), ensuite prolongé par les travaux plus récents des écoles typo-morphologiques, dont le représentants les plus connus dans la francophonie sont, entre autres, B. Secchi et P. Viganò.

11 Il ne manque pas, d’ailleurs, des expériences qui ont tenté de lier la typo-morphologie urbaine à son contexte social, par exemple via la notion de recupero urbano introduite dans les années 1960 par les chercheurs de l’École d’Architecture de Florence et appliqué dans le plan du centre ancien de Bologne.

12 Respectivement, Prix spécial du jury en 2004 et Grand Prix de l’Urbanisme en 2013.

13 Traduction de l’original italien « I territori dell’urbanistica. Il progetto come produttore di conoscenza » publié en 2010.

14 Les facultés d’urbanisme sont normalement des “filiations” de celles d’architecture, couplées souvent au sein des Écoles Polytechniques.

15 Significatif, à cet égard, nous paraît le relativement récent changement de nom du Département d’architecture et de planification urbaine et territoriale du Politecnico de Milan en Département d’architecture et Études Urbaines.

16 Nous avons déjà cité l’origine française des théories typo-morphologiques, mais nous pouvons rappeler aussi, par exemple, les théories homologues élaborées en France à partir des années 1970, ou bien citer les échanges actuels entre écoles territorialistes italienne et française.

17 Les écoles d’architecture font encore référence au ministère de la Culture et de la Communication (à l’exception de l’école intégrée dans l’Institut National de Sciences Appliquées de Strasbourg), alors que les instituts d’urbanisme/aménagement dépendent du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’ailleurs, cet intitulé semble indiquer que la recherche demeure l’apanage des universités.

18 Par exemple, la Cité des Territoires à Grenoble, l’Institut Méditerranéen de la Ville et des Territoires à Marseille, réunissent les formations en géographie, urbanisme et architecture ; l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée fonde son projet pédagogique sur une conception de l’architecture engagée dans la transformation de la ville et des territoires (http://www.marnelavallee.archi.fr/page.php?id=1&, consulté le 13.10.2017).

19 Par exemple, les laboratoires LAVUE/UMR 7218 de Paris et LAURE/UMR 5600 Environnement, Ville et Société de Lyon-Saint Étienne.

Pour citer cet article | Per citare questo articolo: Gabriella Trotta-Brambilla, "Quelle place pour le projet dans la recherche en Études Urbaines?," in PROIECTUS, 19 septembre 2017, https://proiectus.hypotheses.org/129.

Gabriella Trotta-Brambilla

Maître de Conférences Associé à l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble | Chercheur au sein du Laboratoire Cultures Constructives (ENSAG)

More Posts